Le soleil se couche dans

16 h. 37 min. 10 sec.

Il arrive qu'on l'aperçoive au dernier rayon du soleil couchant. Le Rayon vert tient autant d'une légende que du phénomène optique. Furtif, il n'apparaît qu'une fraction de seconde. Elliptique, il n'est pas toujours reconnu par ceux qui le voient.

Le temps d'un été, artistes et auteurs, scientifiques et musiciens vous donnent rendez-vous tous les jours au coucher du soleil pour partir à sa recherche.

Correspondances Hetzel - Verne


​​“Mon cher Hetzel,

Vous avez reçu ou allez bientôt recevoir Le Rayon vert, recopié. Malheureusement, je n’ai pu recevoir cette copie, qui sera très informe. Je veux appeler plus spécialement votre attention sur les deux héros du livre. Il ne faut pas qu’ils aient l’air troubadour. Examinez-les bien à cet égard. Il y a deux ou trois scènes capitales, et un amour que j’ai un peu plus accentué que dans les autres romans. Il s’agit de ne pas être bébête. Vous verrez cela (...)”



Jules Verne à Pierre-Jules Hetzel, Amiens, le 12 février 1882



“Mon cher ami,

Le Rayon vert m’est enfin arrivé , Je l’ai lu tout entier, et de tous les livres que vous avez faits, c’est peut-être celui qui a donné du premier coup, et quant à l’ensemble, tout ce qu’on pouvait en attendre.

C’est une jolie oeuvre littéraire très douce, très simple et très fine dont le succès se fera du côté du lecteur de qualité plutôt que du côté des lecteurs de quantité. “



Pierre-Jules Hetzel à Jules Verne, Monte Carlo, le 23 février 1882





“Son livre est plus descriptif qu’aucun autre, et étant plus court qu’un autre justifierait un surcroît de dessins qui feraient vivre ces descriptions pour nos lecteurs, et permettraient de faire une qualité de cette quantité de descriptions qu’il renferme.

Malgré cela Le Rayon vert est un petit roman qui ne manque pas d’intérêt, chaque chapitre amène à la fin un petit progrès dans le drame en quelques mots vifs et courts qui soutient la description.”

Pierre-Jules Hetzel à Louis Jules Hetzel, le 5 mars 1882